"Fleurs de Paix" où "Enfant du Monde"

Et oui petit enfant,

Toi qui de tes grands yeux,

Vois ce mauvais temps,

Présage d'un avenir malheureux,

Aurais-tu pensé,

Que dans ce monde désoeuvré,

Où un beau jour tu es né,

Tu aurais vu l'homme se détester,

Inventeur de la haine,

Le goutte à goutte commence à couler,

T'as beau ressentir de la peine,

Et hurler à tue tête,

Ce beau monde ne vaut-il pas la paix?

Tu es l'enfant de la révolution,

Armé de bouquets de fleurs,

Espérant croire à l'évolution,

Ils n'éspèrent que te faire peur,

Des larmes commencent à couler,

La main tendu à cette inconnu,

Même en train de pleuré,

Alors que tu ne voulais que la paix,

Ils n'ont fait que tout tuer,

Toi qui croyais à l'havre de paix,

Cette terre assassiné,

Par la stupidité de ceux trop pieux,

Qui ne veulent qu'un monde malheureux,

Ta petite main désarmé,

Tendu à l'horizon,

Avec ce bouquet de fleurs fanés,

Un corps caché,

Où cette fine terre,

Receuille des chagrins de toutes les mères,

Qu'un inconnu désoeuvré veuille bien l'attraper,

Dans l'éspérance de recréer,

Ce beau monde de paix,

Où l'homme armé,

A tout bouleversé,

Faisant couler le sang des pauvres enfants,

Eux qui n'ont même pas eu le temps de réspirer.

 

w.g.

 

Si tous le monde pouvait s'aimer !

Écrire commentaire

Commentaires : 0